A la frontière de l'intime et du mythe, ma pratique de la photographie est une tentative de donner forme à l'invisible et à l'être, d'en faire surgir la trace, la présence.
Enfant, j'étais fasciné par une photo dans la chambre de mes parents, le portrait d'un oncle mort bien avant ma naissance.
J'ai longtemps cru que la photographie donnait à vivre l'expérience d'Orphée aux Enfers : Remontant avec Eurydice vers le monde des vivants, Orphée transgresse l'interdit et se retourne avant qu'ils ne soient revenus au jour. A l'instant même où elle lui apparaît, Eurydice redevient une ombre, et Orphée ne peut que tendre la main qui se referme sur le vide.
Puis, dans le sillage d'Ulysse, s'est ouvert une fenêtre sur l'Autre.





Né à Toulouse en 1972. Vit et travaille à Paris.

Michaël Duperrin se tourne vers la photographie après des études de cinéma. Il se forme à l'Atelier Reflexe, au Centre Jean Verdier puis retourne à la fac à Paris 8 pour un Master dirigé par François Soulages.

Il expose régulièrement dans des festivals, galeries et lieux publics en France et à l'étranger.
Et publie portfolios et articles dans les medias photo
Auteur de livres de photographie : En son absence (Editions, Séguier 2010) et Transports sans fin (autoédition, 2005)
Cofondateur de l'association L'Image Latente où il anime stages, rencontres d'auteurs et lectures de portfolio.



Télécharger la bio complète